Print

LA VOIX DU NORD ARRAS :

Transport et Logistique

Lundi 28.11.2011, 05:03

 

Hervé Decaestecker change de braquet en louant des vélos à assistance électrique

 

L'activité d'Arras à Vélo, entreprise fondée par Hervé Decaestecker, a débuté il y a quelques jours.
PHOTO « LA VOIX DU NORD »

 

Hervé Decaestecker, Arrageois depuis peu, vient de fonder Arras à vélo, une entreprise de location de vélos à assistance électrique. Lui-même convaincu par cette façon de rouler propre et sans trop d'efforts, il espère convertir ceux qui en ont assez de galérer pour stationner une voiture.

On ne l'y reprendra plus, foi de citadin ! Hervé Decaestecker aimait à la fois habiter en ville, et circuler dans sa grosse berline. « Je suis arrivé à Arras en mars. Ça devenait insupportable de rouler, et j'en avais marre de payer des amendes de stationnement. Alors j'ai acheté un vélo à assistance électrique ». Ce qui n'était qu'un simple choix de mobilité et de consommation a conditionné la suite de son parcours professionnel.

« J'avais hésité entre un Scooter et un vélo, explique Hervé Decaestecker. Mais bon. Pas de carburant, pas d'assurance, j'ai pris le vélo, et je l'ai fait essayer à plein de gens ». À commencer par son amie, littéralement «emballée».

Le couple s'offre des aventures nouvelles : des balades longues de vingt à vingt-cinq kilomètres sur deux roues... «Au début, c'était un jeu.

C'est très ludique. On a retrouvé le plaisir de rouler », raconte le néo-cycliste. « Les gens s'arrêtaient. On a fait essayer les vélos. Peut-être une centaine de fois ! J'ai vu l'engouement », raconte Hervé Decaestecker, qui a trouvé son moyen de transport idéal en ville : «Le bus, c'est bien mais il faut attendre. En voiture, c'est cinq minutes de trajet mais quinze minutes pour trouver une place », décrit-il.

D'après Hervé, sans emploi depuis un licenciement de l'industrie textile, le potentiel est là. «Pour trouver un boulot, à 56 ans...» Il met la main sur un local avec électricité en centre-ville d'Arras, et achète une quinzaine de vélos : des pliants, et des «normaux» de style hollandais, avec panier, tous avec assistance électrique.

« J'ai voulu des batteries au lithium, pas au plomb, et des vélos confortables avec fourche suspendue », précise Hervé Decaestecker. De beaux bébés qui pèsent jusqu'à 24 kilos. « Il faut pédaler, sans s'arrêter. L'autonomie des batteries dépend du relief, de l'effort demandé, du poids du cycliste. Pour des locations à la journée, je laisse une deuxième batterie avec un sac à dos ». Hervé Decaestecker aime jouer les pédagogues, devant ces vélos encore peu connus du grand public.

Proposant des formules de location allant de deux heures (8 E) au week-end (30 E), il pense faire face à tous les types de demande : balades urbaines touristiques, ou randonnées un peu plus élaborées. « En 2 h 30, on a fait 27 km, par le golf d'Anzin, Étrun, Maroeuil, puis les chemins de halage». Plus besoin de voiture pour aller à Mont-Saint-Éloi. «Dans la grande montée, on n'était pas essouflés !» Le patron d'Arras à vélo a choisi de livrer les vélos loués en trente minutes, en quatre points de la ville : Grand-Place, place du Théâtre, à la gare, et place des Héros. Des sites situés à dix minutes à pied du garage où est stockée la flotte de vélos. L'activité étant en phase de démarrage, il n'est pas encore venu, le temps, où Hervé devra livrer ses vélos sur une remorque tirée par une voiture dont il ne veut plus !

 

www.arrasavelo.com

Tél : 06 29 71 61 91

Par Benoît FAUCONNIER

******************************************************************

 

L'OBSERVATEUR DE L'ARRAGEOIS :

Mercredi 06 Juin 2012